Des cas de détresse redoutés chez les patrons